| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 21 |

Le dôme ! Résumer du chantier 2016

Le chantier reprend en juillet 2016 avec une décision importante : monter les triangles fabriqués l’année d’avant !

A la fois pour se rassurer de l’exactitude des triangles et tester le montage mais aussi pour la motivation : le dôme va enfin sortir de terre :)

Voici le document qui synthétise les plans du dôme pour l’instant :

PDF - 5 Mo
Plans du dôme 2016

Un système de mâchoires en bois et écrous est finalement choisi pour joindre les triangles entre eux. La visserie est déportée vers l’intérieur pour pouvoir y accéder après la pose de l’isolation thermique à l’intérieur.

JPEG - 2.4 Mo
Début de montage
Montage de trois premiers triangles pour tester le système de mâchoires en bois et écrous/boulons
JPEG - 2.6 Mo
Début de montage
JPEG - 2.5 Mo
Système de mâchoires en bois
JPEG - 2.4 Mo
Mâchoires au sol
JPEG - 1.3 Mo
Plan de travail pour collage des mâchoires
JPEG - 1.2 Mo
Collage des mâchoires
JPEG - 1.1 Mo
Préparation des mâchoires

Second chantier à la suite du collage des mâchoires sur les triangles : la pose du pare-pluie.

JPEG - 2.8 Mo
Habillage des triangles en pare-pluie
JPEG - 853.5 ko
Plan de travail découpage pare-pluie
JPEG - 951.7 ko
Plan de travail découpage pare-pluie

Les triangles sont alors prêts à être assemblés sur le sol :

JPEG - 647.2 ko
Pose du second niveau de triangles
JPEG - 704.5 ko
Pose du troisième niveau de triangles

Un échafaudage est construit sur mesure pour accéder aux niveaux supérieurs :

JPEG - 700 ko
Échafaudage fabriqué en bois

Les erreurs sur les triangles ne s’annulent pas et plus on arrive au sommet et plus c’est difficile de les fixer entre eux !

Les dix derniers triangles devront être retouchés de quelques centimètres. C’est un chantier à suivre pour 2017 !!

JPEG - 100.1 ko
Vue extérieur avec deux niveaux montés
JPEG - 3.3 Mo
Quatrième niveau de tringle

En octobre, une dernière opération est nécessaire pour protéger le dôme incomplet : le recouvrir de deux bâches épaisses. Les bâches ne manqueront pas de se détacher pendant l’hiver car mal fixées sur le sol. On espère que l’eau infiltrée finira par sécher une fois le dôme terminé :/

JPEG - 2.5 Mo
Le dôme bâché pour tenir l’hiver

mardi 4 avril 2017, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

Le dôme, saison 2 !

C’est reparti pour une seconde saison de chantier collectif pour monter le dôme géodésique à la Vallée d’Humbligny !

Si vous souhaitez venir participer à ce chantier, envoyez-nous un email

Résumé de la première saison :

Dôme usinette, saison 1

Au printemps 2015 des trous ont étés creusés, des pieux de châtaigner plantés pour former les pilotis du dôme.


Tout l’été 2015, un chantier collectif et participatif s’est organisé pour réaliser les fondations en bois ainsi que le plancher du dôme.

Ce chantier s’est poursuivi à l’automne pour construire les 160 caissons triangulaire qui formeront la structure du dôme.

L’hiver nous a permis de réfléchir aux solutions de toiture, un choix délicat. Nous avons testé et envisagé des solutions exotiques comme la culture de mycélium dans un substrat de copeaux de bois pour créer des plaques d’isolant toiture imputrescible. Une belle possibilité mais demandant énormément de recherche et de tests et donc pas mal de temps. Une expérimentation à poursuivre donc en tache de fond.

Pendant ce temps, le dôme était protégé sous de solides bâches qui toutefois se sont trouées par endroit à cause des frottement lors des tempêtes. Du coups, une sorte de chapiteau a été monté sur le sol pour que la pluie ne stagne plus et pour favoriser le ruissellement durant tout l’hiver.

Une autre possibilité était d’utiliser des tetrapak dépliés pour former des bardeaux post-industriels ! Un matériaux testé sur un projet en asie mais qui a montré ses limites dans le contexte puisque les plaques se détérioraient sous l’effet des UV.
Un autre projet à suivre néanmoins.

Saison deux !

Voici le temps de poursuivre ce chantier épique !

Première chose à faire dès le retour de chantier : décider d’un type de toiture.

Nous décidons après réflexion de réaliser une toiture en bardage vertical de type nordique tout en pin Douglas. En effet, l’intérêt est d’offrir une solution simple à mettre en œuvre, utilisant le même matériaux que pour le reste du dôme et peu cher. Le bardage vertical serait complété d’un pare-pluie espacés d’environ 8cm.

Le point délicat est de tenir compte du vieillissent du bois et le fait que sa géométrie se modifie au point de créer des fuites dans le bardage.

Seconde décision : comment solidariser chaque caisson triangulaire ?

Un design simple à mettre en œuvre et facilitant le montage et démontage est choisi.
Il s’agit d’une simple mâchoire en bois dont chaque partie est collée sur un caisson puis assemblé avec une tige fileté, deux rondelles et deux écrous.







La troisième grosse décision est d’attendre que la structure du dôme soit formée pour ajouter l’isolation.

Ça nous permettra de faire dormir le dôme cet hiver sans trop de risque de le détériorer et de visualiser plus facilement les potentielles fuites.

L’autre avantage est de prendre le temps de réfléchir à la manière d’appliquer l’isolant (la paille) et même d’envisager d’autres matériaux. Un point important est de s’assurer que le matériaux isolant reste bien consistant même soumis aux vibrations et à la gravité pour éviter les poches d’air à l’avenir.

lundi 1er août 2016, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

Après Pas Sage En Seine + Hacker Space Festival 2016

Pendant quatre jours le festival qui voyait se réunir l’équipe de Pas Sage En Seine et le Hacker Space Festival constitué des quelques membres du hackerspace /tmp/lab s’achève !

Dès janvier, suffisamment énervé par l’ambiance post-attentat et la persistance de l’état d’urgence, j’avais exprimé ma motivation par un HSF à faire "sortir de terre" le /tmp/lab pour aller a la rencontre des habitants du quartier qui nous accueil et des forces vives qui militent contre les lois liberticides en vigueur : hacktivistes et militants syndicaux et de gauche.

Un copain du /tmp/lab proposait dans la foulée à l’équipe de PSES de se joindre à nous pour s’extraire du contexte des éditions précédentes se déroulant à NUMA, à Paris. Une proposition enthousiasmante puisque allant vers cette fameuse convergence des luttes désirée au début.

L’organisation de ce festival conjoint pouvait commencer !

Notre ami Jonathan qui bosse à la mairie a fourni pendant le festival des IPv4 et IPv6 qui respectaient la neutralité du net en passant par le VPN de FDN, le tout sur l’infrastructure réseau de la ville. Comme quoi, avec un peu d’aide de la communauté, avoir un internet municipal respectueux, c’est possible ;)

Entre temps la mairie de Choisy-le-roi faisait preuve d’un fort soutien en nous prêtant plusieurs lieux dans la ville. C’était là un défi de faire circuler les participants et le public entre le nouveau quartier du port et celui, plus populaire de la maison pour tous qui accueil le /tmp/lab et l’espace Langevin, dans le quartier des Navigateurs.

Cette contrainte, nous avons tenté de la transformer en possibilité de mixer les publiques en installant la cuisine et les repas à l’espace Langevin. L’équipe de l’Escape Game s’y est amusé et on pouvait aussi participer a des ateliers de lutherie électronique. Les soirs, des repas hautement conviviaux se sont organisés avec l’aide des habitants du quartier. Mission réussie ! tout le quartier connaît maintenant le /tmp/lab et le travail qui y est fait ! ils y sont tous les bienvenus !
Beaucoup de retours chaleureux aussi sur l’intervention de Didier Demorcy et le potager collectif et sur l’expérience Escape Game : tout le monde se retrouvait le soir pour en discuter au tour d’un BBQ orchestré par notre nouveau membre Sofiane et de plats mitonnés par notre chef Sergio !

Ambiance super conviviale également au /tmp/lab en présence de Babozor de la grotte du barbu et pendant l’atelier de "pen-testing" sur la Brique Internet animée par Phil sans oublier la présentation sur le biohack par Emmanuel. Pas assez de chaises, un peut le bazar, des retards sur le programme mais au final un /tmp/lab vivant et de belles rencontre.

Satisfaction aussi du côté du village associatif sur le stand du "Syndicat d’Initiative" où des discussions sur les conditions de travail dans les startups et SSII d’informatiques, sur la liberté d’expression et le logiciel libre, le tout relayé par la radio présente pour l’occasion. Un dispositif qui s’est déployé d’une manière quelque-peut anarchique et improvisée mais en invitant les personnes présentes à se joindre. Quelques grincements de dents à cause de l’entropie générées...on ne peux définitivement pas plaire à tout le monde.

Une remise des Bullshit Bingo Award présentée par Alban en maître de cérémonie bien relax et affublé d’un Alain Manc et d’une Emmanuelle Macro à la fois mutiques et truculents. Un bon moment de déconnade pour compulser les trouvailles sémantiques de nos décideurs 2.0 et autres facilitateurs de projets : un pad nous a été utile pour n’en retenir que la crème ! "Évangelistes", "Scrum masters", et autres "Coach agiles" se sont vu remettre un bon vieux rouleau de PQ en guise de trophée :)

Une soirée du samedi au centre de loisir de la Prairie a débuté par un concerts de rock par les camardes du groupe "Les Bleuzic" fervents sympathisants du blocage de la TIRU à Ivry. Il s’en est suivi un gros morceau de bravoure de pure noise comme sait le générer l’Orchestre Philharmonique du /tmp/lab couplé à une mise en peinture-lumière des bâtiments à base de rétroprojecteur et de lasers !!
Nos amis toulousains du Tetalab ont enchaîné le son tard dans la nuit...

Un dernier jour de dimanche, tout aussi dense en belle propositions...la fatigues se fait sentir mais l’expérience se clôture par la douche froide mais nécessaire infligée par nos amis Exégètes amateurs de la quadrature du net : aberrations des dispositifs de surveillances de la loi renseignement, respect du droit français contourné rétroactivement : merci pour ce travail monastique ! il ne reste plus qu’a y coupler une mobilisation consistante au delà du milieu hacktiviste !

Pour les malchanceux qui ne pouvaient pas venir au festival, Alban, stoïque derrière son paravent a permis la diffusion des conférences en direct et les vidéos sont maintenant disponibles à cette adresse : https://www.pseshsf.org/fr/archives-et-videos/2016/

Le public de Choisy-le-Roi a assisté à ce premier festival riche et généreusement organisé par la petite équipe du /tmp/lab et de PSES : merci à tous pour ce bon moment qui peux parfois prendre l’apparence d’un grand écart dans la manière de l’organiser des uns et la volonté d’improviser des autres ! Tout ce qui compte, c’est d’avoir construit ensemble cette proposition joueuse, insolente et émancipante qui tranche, je l’espère avec ce discours utilitariste, performatif et néo-libéral du "digital" omniprésent sur la capitale :)

samedi 9 juillet 2016, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

C'est quoi ce Syndicat d'Initiatives ?

Si cette proposition vous réjouit, venez en discuter avec jubilation sur le stand du Syndicat d’Initiatives lors du festival que nous organisons à Choisy-le-Roi du jeudi 30 juin au dimanche 3 juillet : PSES+HSF 2016 !!!

La forme vous rappellera les nuits debout : il s’agit d’un lieu d’expression tous azimuts  !

venez nombreux jouer vos utopies !!!

Plus d’infos ici : https://www.pseshsf.org/fr/programme/2016/#event-585

Ça rappelle les vacances, non ?

Précisément, le syndicat d’initiatives c’est le lieu de promotion du typique village de bord de mer : ses guides, son pittoresque, les ballades et restaurants à ne pas rater...pour y passer de bonnes vacances et profiter un maximum de ces congés payés si chèrement acquis !!

Ah bon ? Oui tiens c’est vrai que je suis né avec cette histoire de congés payés toute naturelle, normal quoi ! Payé à ne rien faire ! Mais...c’est bizarre, brusquement quand j’entends ces histoires de "loi travail", quand j’écoute ses promoteurs à la télé ou à la radio, ça me parait de moins en moins naturel ...est-ce que je "mérite" vraiment d’être "payé à ne rien faire" ? Ça n’empêche pas "la France d’être compétitive" ? Devrais-je avoir honte de vouloir du TEMPS LIBRE ?

"Usinette" c’est quoi dèjà ? Une sorte de hackerspace dans un hackerspace (le /tmp/lab) et qui va bientôt finir de fabriquer un magnifique dôme géodésique à la Vallée d’Humbligny...pour quoi faire ? Pour travailler à générer du TEMPS LIBRE !!!

C’est un peu étrange mais pour avoir un peu la paix et se ménager du temps libre, ça demande du travail. Pas n’importe quel travail : un travail choisi, qui se rapproche du "loisir", du "hobby" mais au final un travail qui procure de la satisfaction car il nous assure un peu de temps libre. Un travail émancipant en somme.

Alors pourquoi un "Syndicat d’Initiatives" ?

Pour se remémorer l’époque où la production industrielle naissait, l’époque où le capitalisme devenait la norme. Soumis corps et âme à un système de production, en être un rouage pour au final se considérer épanoui en consommant ces produits de masse.

Cette époque est à peu près celle où William Morris écrivait sous forme sérielle dans des journaux socialistes l’histoire "News From Nowhere" à la fin du 19eme siècle, 1890 environ.

William Morris est anglais, artisan, poète et socialiste. Il est la figure du mouvement "Arts & Crafts" qui souhaite de belles choses, de beaux objets usuels pour tous. Ça va de la décoration intérieure à l’impression, la typographie, les papiers peints, le mobilier. William Morris est un socialiste et à cette époque cela voulait dire autre chose. Ce mot "socialisme" était un néologisme qui permettait de définir l’inverse de l’individualisme. Cette définition a bien changé en France en 2016 et peut-être est-il temps d’utiliser un nouveau mot ?

Dans son histoire "News From Nowhere", William Morris va pourtant nous parler d’un futur rêvé : il se projette en 2003 à Londres et le socialisme tel qu’il est défini en 1890 se voit en marche ! L’utopie socialiste fonctionne et l’auteur s’amuse à faire cette ballade dans ce futur. Il découvre la disparition de l’argent, de la police, de l’école, des métiers à vie...etc. Les habitants de ce Londres sont heureux car ils font des travaux qu’ils choisissent et lorsqu’ils en ont assez, ils en changent comme de chaussette !

C’est la lecture de ce conte futuriste jubilatoire qui m’a fait prendre conscience, gros consommateur de séries anglo-saxonnes, pour la plupart totalement dystopiques, que "la vérité est ailleurs" et que nous pouvions imaginer des narrations plus enthousiasmantes que toutes ces histoires de communautés survivalistes post-crash-d’avion-sur-une-ile qui s’entre-tuent, ces histoires de mondes parallèles dotés de fascistes de chaque côté, de psychodrames-catastrophe-naturelle, toutes ces histoires bien ficelées mais tellement déprimantes au bout du compte ...au point de ne plus envisager une belle histoire qui finit bien ou précisément : qui ne fait que commencer !!

Un organe de propagande utopiste ?

Sur le fil du rasoir, l’utopie n’a d’autre choix pour rester elle-même que de nous demander de l’aide ! Elle nous crie "A L’AIDE !" et c’est ici qu’intervient (enfin) le Syndicat d’Initiatives, petite boutade pour s’amuser à se montrer nos utopies :

Filmons-les !

Filmons nos envies de changer de boulot d’un simple claquement de doigts !

Filmons les glorieux oisifs !

Filmons les envies de fabriquer sa maison entre amis !

Filmons des enfants qui n’iront jamais à l’école !

Filmons de belles discussions enflammées qui aboutissent à un consensus !

...

[Glissez ici votre utopie]

Il est devenu évident que nous devons nous réapproprier la production de rêves et d’utopies !

mercredi 29 juin 2016, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 21 |