Fraiseuse numérique grand format CNC

Electronique de commande et firmware

On peut partir sur l’utilisation de l’électronique GEN7 du projet RepRap qu’il faudra adapter
au pilotage de moteurs pas à pas pour la fraiseuse. L’avantage est qu’Alex
connaît bien les logiciels de pilotage de la RepRap en revanche l’inconvénient
majeur sera la compléxité de l’électronique. En effet, l’interprétation
des commandes machine (G-code) est faite par un microcontrôleur (implanté
sur la carte Arduino permettant la communication USB avec le PC) qui envoit
des impulsions vers les cartes de pilotage des moteurs pas à pas.

Une approche plus simple et déjà éprouvée est de commander la fraiseuse
par le port parallèle d’un PC en utilisant Linux CNC.
Dans ce cas, le pilotage des moteurs pas à pas se base sur la fonctionalité
RTAI (Real Time Application Interface) du noyau Linux. Les commandes G-code
sont donc interprétées directement par le système d’exploitation et les
ajustements pour le contrôle des moteurs se fait par l’interface du logiciel
EMC2 (Enhanced Machine Controller). L’inconvénient est qu’il faudra
dédié un PC avec un port parallèle à l’utilisation de la fraiseuse cependant
une architecture ancienne est suffisante ce qui permettrait au final
un recyclage élégant d’un ordinateur voué à la casse. A noter que
cette solution n’empêche pas de connecter une clé USB, de passer
le programme par un câble réseau ou d’utiliser une tablette avec
l’interface "Touchy".

La dernière proposition de cette page de recherche du projet RepRap aimerait bénéficier des avantages
d’EMC2 en utilisant le port USB. Cependant l’USB est officiellement
non supporté par EMC2
,
le problème majeur étant qu’il faut des temps de latence suffisants
pour un contrôle correct des moteurs. Il faut alors une carte d’interface
remplaçant (en gros) le rôle de l’ordinateur avec port parallèle.
 
 
 
 
 
 

mercredi 16 mars 2011, par Alexandre Korber, André Espaze

Répondre à cet article