Dôme géodésique

Le dôme se couvre pour l'hiver

Un bon nombre d’amis déjà venus les dernières année nous rejoignent dans le mois d’août. De nouvelles rencontres aussi, venant des environs et de plus loin.

MERCI À VOUS TOUTES ET TOUS !!!

Cette année la météo n’était pas avec les maraîcher, elle était avec nous ! Très peu de pluie donc un chantier plus simple !

Tout était réuni pour bien avancer et finir l’étape critique de la couverture du dôme.

On rationalise les process

Après avoir terminé le premier niveau de triangles en bas du dôme, on se dit que vraiment, c’est plus raisonnable de bosser à l’ombre et au sol. On commence donc à tester le montage des triangles "pointe en haut" au sol en se calant sur un gabarit dont les côtes sont prise sur le triangle en question. Ça permet, en tenant compte des variations, de fabriquer plusieurs triangles de bardages en même temps pour ainsi tous les poser le matin à la fraîche.



Les triangles "pointe en bas" cependant ne peuvent pas être fait à l’avance car ils doivent parfaitement s’intercaler et épouser les deux triangles de chaque côté. Il est possible néanmoins de mesurer et découper les planches et les poser plus tard.

Paul nous dote d’une table à découper bricolée avec les liteaux et lestée avec de grosses pierres :)

On y gagne carrément en ergonomie !!

Paul et Louise s’attaquent en parallèle a la conception et au montage d’un sas pour l’entrée du côté du tilleul. L’idée est de bénéficier d’une petite antichambre pour se déchausser et poser ses peaux d’ours en hiver avant d’entrer dans le dôme. Petite astuce de Paul : la pente de l’avancée est vers le dôme pour éviter de faire ruisseler l’eau sur les visiteurs. Le sas est aussi bardé et protégé en haut par de l’EPDM. 

Les géometres experts

La géométrie du dôme nous apparaît peu à peu en nous faisant quelques surprises !
En effet, sur le troisième niveau, nous avons à 5 endroits deux triangles "pointe en haut" qui sont jointifs et qui forment un angle perpendiculaire au sol. Ça implique que pour faire ruisseler la pluie à cet endroit, il faudra rajouter de petites tuiles verticalement et jusqu’en haut du dôme :)


Robustesse et longévité

Le chantier avance vite et on décide de poser 4 niveaux de bardage. On se rend aussi compte que ce bardage est un avantage structurel : le dôme n’en sera que plus robuste.

Concernant la robustesse, on constate qu’elle faiblit sur les dernier triangles posés l’année dernière, tout en haut du dôme. En effet, ils étaient composés de triangles ajustés avec plusieurs planches assemblées, qui, au bout d’un an se sont mises à se déformer, n’étant pas d’un seul bloc. On décide de les démonter un par un, de les refaire avec une planche unique et en augmentant légèrement la côte.

Il va falloir utiliser l’échelle de couvreur et donc marcher sur le haut du dôme pour monter le bardage final : il faut donc que la structure soit le plus robuste possible...et bien sur longtemps après les travaux !

Cerise sur le gateau

Quatre niveaux de bardage bois brûlé donc et on décide finalement d’utiliser la toile technique et le plastique souple transparent pour le sommet du dôme. Pas de couture mais des châssis triangulaires avec le tissus tendu dessus et monté de la même manière que le bardage : châssis se recouvrants les uns les autres. Ça nous permettra de faire un puis de lumière sur le pentagone zénithal et alterner tissus et plastique transparent sur le dernier niveau.

Nous pensons finir cette délicate opération de couverture durant cette saison d’automne. N’hésitez donc pas à nous rejoindre pour finir tout ça au plus vite et ainsi commencer à utiliser le dôme :)

Nous somme également à la recherche d’un bon poêle de masse et/ou turbo, ou "Rocket stove" de récupération ou bien quelqu’un qui nous aiderai à en fabriquer un.

Pour venir juste voir ou filer un coups de main, envoyez-nous un email à contact usinette.org :)

samedi 8 septembre 2018, par Alexandre Korber