Dôme géodésique

Bardage bois brulé sur le dôme

Le chantier prend son rythme de croisière. André vient nous rejoindre. Un premier test sur une succession de trois triangles contiguës est lancé.

La méthode que nous utilisons est empirique : nous coupons la première planche de bardage pour le bas du premier triangle. Nous prenons comme référence la côte extérieure du triangle car il faut tenir compte de la hauteur de la gouttière.

La seconde planche est posée à environ 4cm (les planches ont une largeur qui varie un peu) en haut et sur la précédente. Sa côte correspond à la longueur à env 4cm du haut de la précédente planche. La côte du haut de la seconde planche est mesurée directement sur le dôme pour éviter les erreurs d’angles.

Les deux triangles "pairs", pointe en haut sont recouvert par le triangle du milieu (pointe en bas) de environ 4cm de chaque côté. Pour permettre le recouvrement, il faut ajouter à l’épaisseur du liteau, l’épaisseur de environ deux épaisseurs de planches de bardage. On utilise des chutes de contre-plaqué pour ça.

La découpe se fait à la scie égoïne car notre scie circulaire ne dépasse pas les angles de 40° et nos angles varient entre 60 et 70° :)

Les planches sont clouées à l’aide de simples marteaux et nos clous sont anodisés et légèrement torsadés. Nous avons aussi à notre disposition une clouteuse pneumatique mais elle est assez lourde, impressionnante à utiliser et potentiellement dangereuse. De plus, une seule personne peut l’utiliser à la fois.

Au même moment, Louise finit de nettoyer, trier et ranger les outils qui avaient pris l’eau pendant l’hiver : un vrai travail monastique !


C’est un chantier consistant mais avec une équipe tournante de 5 ou 6 personnes, de bons marteaux, des scies égoïnes en forme, le dôme sera couvert assez rapidement. Rejoignez-nous si le cœur vous en dit :)

dimanche 22 juillet 2018, par Alexandre Korber