Actualités

Usinette va fusionner avec l'industrie

Nous en avons marre de ces solutions de logiciels libres grotesques, de ces bricolages hasardeux, puérils, dans le coin d’un squat débouchant sur rien de plus concret que de faire les zouaves pour des publics de loisirs créatifs. Ce que nous voulons dorénavant, c’est créer des produits qui ont de la valeur, de la vraie, comme toute réussite de l’excellence industrielle. Ha ! Qu’avons-nous été mal inspiré le jour de nous appeler Usinette ! Ne savions-nous pas que le suffixe "ette" marquait un complexe d’infériorité ! Nous voilà décribiliser. Pourtant les études de la Fontaine au collége nous avait bien appris que la raison du plus fort est toujours la meilleure ; comme nous l’allons montrer tout à l’heure. Mais quelle misère de misère d’avoir raté la suite de nos études jusqu’à bac plus 5, qui auraient fait de nous des ingénieurs sortis de grandes écoles pour aller travailler chez Dassault Systèmes. Nous aurious pu y construire la réalité de demain au lieu de nous morfondre comme les perdants de ce monde où nous ne valons plus rien.

Car s’il y a bien un logiciel de 3D dont nous entendons toujours parler dans nos errances associatives, c’est bien celui de Solidworks pour sa facilité d’utilisation, son efficacité érgonomique et ses performances. Ses concepteurs ont d’ailleurs fait l’excellent choix de le concevoir seulement pour Windows, s’assurant ainsi de conserver des pilotes 3D toujours à la pointe sans le moindre soucis d’installation. Ce produit plaît tellement que certains en ont fait le verbe : "Solidworker". Il faut dire que cette unanimité parmis les utilisateurs en associations vient aussi du fait qu’ils y réalisent des pièces mises en perspective dans des dossiers de subvention pour leurs glorieux projets humanistes. Les financements obtenus assurent ensuite une prospérité vitale à tous ces acteurs défendant l’économie sociale et solidaire ainsi que le monde du travail alternatif et citoyen.

JPEG - 107.8 ko
Pub-Dassault-Systemes

A côté des réussites obtenues grâce à l’utilisation de Solidworks, les solutions utopiques des logiciels libres font peine à voir. Ces militants n’ont rien compris à la marche du monde et nous les avons naïvement suivis. Car sans s’appuyer sur le cercle vertueux de la croissance industrielle, ils seront bien incapables de financer le temps nécessaire au développement de solutions logicielles utiles à notre niveau de civilisation. Dassault Systèmes est quand même porté par quasiment 1000 employés et des millions de bénéfices. Mais c’est surtout l’héritage de la réussite du groupe Dassault Aviation avec la production d’avions d’affaires et militaires ainsi que l’étude de missiles air-sol et sol-sol dès 1957. Sans accéder à des activités si lucratives, comment imaginer de la recherche et du développement sérieux ?

Vous comprenez maintenant bien pourquoi les solutions libres à la Blender ou Openscad, voire autres projets si insignifiants qu’il est inutile de les nommer ici, sont si chronophages et difficiles à comprendre. Il y manque le code réalisant l’abstraction nécessaire à ces automates de logique binaire que sont les ordinateurs. Ainsi leurs concepteurs nous expliquent que pour exploiter la construction 3D avec leurs outils, il faudrait connaître un minimum de mathématique, de géométrie et même de programmation ! Certains osent même, comme cette page d’Opencamlib, nous rediriger sur des publications scientifiques. Ha, ha, ha ! Vraiment n’importe quoi ! Et puis quoi encore ? Croient-ils que nous sommes hors du temps dans nos projets associatifs ? Heureusement que Solidworks a montré que tous les concepts indispensables à la construction 3D peuvent se manipuler aux doubles clics et quelques clics droits.

Mais bon sang ! C’est là où l’utilisation d’un ordinateur devient vraiment intéressante ! Lorsqu’un petit groupe d’ingénieurs spécialisés a réussi à mettre l’abondance à disposition de l’humanité ! Toutes ces communautés du libre demandant une implication de leurs utilisateurs pour se servir de leurs outils minimalistes ne sont que des saletés de
geeks élitistes. Mais au fait, il existe déjà des logiciels libres similaires à Solidworks, il s’agit de la librairie OpenCascade avec la plate-forme Salomé. Comment ont-ils financé leur projet ? Là encore, par des grand comptes industriels tels que le CEA et EDF . Amis d’Usinette, empruntons le même chemin si nous voulons apporter toutes les richesses de la 3D en usage facile et insouciant pour tous ! Messieurs les industriels, nous vous en prions, laissez-nous fusionner avec vous !

dimanche 1er avril 2012, par André Espaze

5 Messages

Répondre à cet article