| 1 | ... | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | ... | 28 |

Déménagement du /tmp/lab et de Usinette.org

Depuis aout 2012, une procédure auprès du tribunal administratif de Melun a été engagée par RFF pour faire évacuer sous astreinte l’ensemble des personnes du 6bis à Vitry dans le cadre des travaux du Grand Paris.

L’association tmplab aussi citée, a donc pris un avocat et les membres de l’association ont préféré ne pas avoir recourir au buzz jusqu’à maintenant…
Après moults reports et bien que la chose ne soit pas jugée pour l’instant, il nous faut probablement prendre des dispositions pour cet été.

Le tmplab et usinette.org n’a que très peu fait appel a ses sympathisants, cette fois ci c’est la bonne : Il nous faut trouver dès que possible un lieu de réunion/stockage, si possible pas loin de Vitry-sur-Seine et banlieue sud de Paris.

Toute proposition sera réellement bienvenue

A votre bon coeur !

Le /tmp/lab et usinette.org

Contact : tmplab tmplab.org

mardi 18 juin 2013, par Alexandre Korber

Helsinki Pixelache résidence, la fin du début !

Le dispositif devient opérationnel et le fil de diamètre régulier est au rendez-vous. Progressivement, nous arrivons à produire une longueur suffisante pour attaquer le vrai test sur la RepRap !

La RepRap "Huxley" est modifiée, équipée maintenant d’un "Wade extruder" qui autorise une certaine tolérance dans le diamètre du fil grâce aux ressorts qui pressent constamment le fil. Cela ne résoudra pas le fait que l’extrusion risque de manquer de fiabilité, vu que le volume extrudé à partir d’un fil de diamètre variable n’est pas vraiment prévu actuellement côté logiciel et demanderai pas mal de travail, en implémentant par exemple une sorte de jauge qui évalue en temps réel le diamètre du fil, avant extrusion et renseignerai le firmware en conséquence sur le débit à utiliser. S’il s’avère difficile d’obtenir un fil de taille constante, cette option sera à envisager sérieusement.

Constatant les difficultés d’adhérence au plateau de la RepRap, rencontrées à Dakar lorsqu’on avait testé avec du HDPE, on décide de tester cette fois avec notre PP (en blanc) sur une plaque de la même matière. Cela fonctionne parfaitement, la première couche de l’objet fait corps avec la plaque.
On peux envisager d’avoir le même résultat avec le HDPE qui reste le polymère le plus courant.

Le résultat est mitigé car la variable E de l’extrusion a été ajustée empiriquement pour tenir compte du changement de partie motrice (wade au lieu d’un NEMA 23 à transmission direct) mais nous sommes d’un naturel optimiste et prenons le résultat comme un franc succès !

La fin de résidence a été l’occasion de revoir les curieux qui étaient venu les mains pleines de "trucs en plastique à recycler" le premier jour et de présenter cette "preuve de concept" de recycleuse plastique. Des rencontres fructueuses se sont nouées avec le hacklab KOELSE, une véritable caverne d’Ali Baba, les participants au festival Pixelache et nos hôtes de Made in Kallio que nous remercions pour leur accueil chaleureux !

A suivre donc !

lundi 17 juin 2013, par Alexandre Korber

Helsinki Pixelache résidence, la suite....

Lors de notre premier rendez-vous public qui invitait nos visiteurs à apporter les objets en plastique qui encombrent fréquemment leur poubelle, nous avons récupéré plusieurs panières en polyethylène et en polypropylène.
Nous les avons découpées puis broyées pour nous faire une provision suffisante de ces deux plastiques pour toute la durée de notre séjour.


Nous nous intéressons d’abord au polypropylène.
Nous l’introduisons dans notre "recyclette" et alimentons la résistance chauffante (d’environ 9 ohms) avec une alimentation de portable de 90 watts (19v en sortie, délivrant 4,62 A), la température monte progressivement jusqu’à un seuil maximum d’environ 180°. ( la température est mesurée grâce à une sonde type K glissée sous le fil résistif ).

Après de nombreux tours de manivelle à différentes températures, nous observons que la plus adéquate pour extruder un filament de polypropylène semble se situer entre 135° et 145 °...

Avant de mettre en place un circuit électronique de régulation, nous décidons d’ôter simplement la protection "pare-feu" pour abaisser la température de dissipation de la résistance chauffante.

Interlude :

réparation de la bague anti-retour, cassé par Alexandre devenu nerveux et insomniaque à cause des piaillements, qu’il décrit comme des "aboiements incessants", d’une petite mésange logée sous ses fenêtres.
Nous ressoudons donc assez rapidement à l’étain la bague cassée, grâce à un mini chalumeau à butane (très partique ! ), et nous reprenons les tests de chauffe de notre recyclette.

Malheureusement, les brasures ne tiennent pas la contrainte mécanique et cèdent. On décide de percer et tarauder le tube et percer la bague en laiton pour les solidariser à l’aide de trois boulons de 3mm. Là ça tient parfaitement et nous reprenons nos tentatives d’extrusion. Ursula fabrique une bobine pour enrouler le fil et nous régulons manuellement la température avec un interrupteur. La gamme idéale de température est 130-160°C en prenant soin d’actionner la manivelle (une pédale de vélo) vers 160°C pour éviter toute contrainte mécanique.

Le résultat est à la hauteur ! Nous commençons à prendre le coup de main : il faut bien se synchroniser entre celui qui tourne la bobine réceptrice et celle qui tourne la manivelle de l’extrudeuse. Ça ressemble tout à fait à une pratique artisanale de précision. Au final nous obtenons quelques métrages de fil blanc d’environ 2.8-3.2 mm tout à fait capable d’entrer dans la RepRap !

vendredi 7 juin 2013, par Ursula Gastfall

Atelier Pixelhache Helsinki 2013

Un an après l’atelier qui a vu naitre le groupe Defko yaw rek à Dakar, Sénégal, le festival Pixelache qui se déroule à Helsinki, Finlande invite usinette et Defko yaw rek à poursuivre l’expérience de recyclage des déchets plastiques dans un contexte radicalement différent.

La thématique du festival "Facing North – Facing South" tombe juste dans le cas de ce projet. En effet, quels déchets plastiques retrouvons-nous à Dakar, à Paris ou à Helsinki ? Quelles infrastructures ou économies non formelles entourent le recyclage des déchets plastiques ?

Notre projet initié à Dakar dans le centre d’art Ker thiossane et dans un atelier métal a vu naître une série de prototypes d’extrudeuses/recycleuses fortement typées par le contexte et un cahier des charges impliquant l’usage d’outils simples, le plus accessible et le plus reproductible possible.

Avant notre départ vers Helsinki, nous avons choisi d’opter pour un montage en tubes de cuivre et de jointures laiton très faciles à trouver au rayon plomberie de votre magasin de bricolage favori. L’usage d’un petit chalumeau à gaz, de brasure bon marché et d’un morceau de pare-flamme permet une soudure efficace de l’ensemble.

La brasure du cuivre est très proche en pratique de la brasure étain pour l’électronique.

Un autre élément important était d’être capable de broyer des déchets plastiques. Notre intérêt s’est porté sur un broyeur à document et à cartes de crédit. Il s’en trouve à bas prix sur de sites d’achat d’occasion en ligne.
Nous l’avons modifié pour avoir une ouverture plus grande pour pouvoir, dans notre cas, pouvoir y mettre des bouchons de bouteilles de lait.
Le design est quelque peu douteux au niveau de la sécurité de l’opérateur : un point à sécuriser rapidement avant accident et visite des hôpitaux finlandais !

Il est aussi important de préciser que l’usage d’un tel objet n’est qu’un compromis dans notre projet d’obtenir un outil de recyclage domestique. Il s’agit effectivement d’un objet fabriqué industriellement.

Nous voilà donc dans cette ville d’une étrange beauté où le soleil se lève à 4h du matin. Pour un peu plus d’une semaine, invité par Pixelhache et accueilli dans l’atelier du Fablab/boutique/bar "Made in Kallio", nous allons poursuivre nos expérimentations dans le but d’obtenir du fil de plastique utilisable dans une RepRap, découvrir les comportements locaux autour de la gestion des déchets, les infrastructures, bref, les différences notables de Dakar à Helsinki en passant par Paris via nos poubelles.

lundi 20 mai 2013, par Alexandre Korber

| 1 | ... | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | ... | 28 |

Soutenir par un don