| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 21 |

C'est quoi ce Syndicat d'Initiative ?

Si cette proposition vous réjoui, venez en discuter avec jubilation sur le stand du Syndicat d’Initiatives lors du festival que nous organisons à Choisy-le-Roi du jeudi 30 juin au dimanche 3 juillet : PSES+HSF 2016 !!!

La forme vous rappellera les nuits debout : il s’agit d’un lieu d’expression tout azimut  !

venez nombreux jouer vos utopies !!!

Plus d’infos ici : https://www.pseshsf.org/fr/programme/2016/#event-585

Ça rappelle les vacances non ?

Précisément, le syndicat d’initiative c’est le lieu de promotion du typique village de bord de mer : ses guides, son pittoresque, les ballades et restaurants à ne pas rater...pour y passer de bonne vacances et en profiter un maximum de ces congés payés si chèrement acquis !!

Ah bon ? oui tiens c’est vrai que je suis né avec cette histoire de congés payés toute naturelle, normale quoi ! payé à rien faire ! mais...c’est bizarre, brusquement quand j’entends ces histoires de "loi travail", quand j’écoute ses promoteurs à la télé ou à la radio, ça me parait de moins en moins naturel ...est-ce que je "mérite" vraiment d’être "payé à rien faire" ? ça empêche pas "la France d’être compétitive" ? devrais-je avoir honte de vouloir du TEMPS LIBRE ?

Usinette c’est quoi dèjà ? une sorte de hackerspace dans un hackerspace (le /tmp/lab) et qui va bientôt finir de fabriquer un magnifique dôme géodésique à la Vallée d’Humbligny...pour quoi faire ? pour travailler à générer du TEMPS LIBRE !!!

C’est un peu étrange mais pour avoir un peu la paix et se ménager du temps libre, ça demande du travail. Pas n’importe-quel travail : un travail choisi, qui se rapproche du "loisir", du "hobby" mais au final un travail qui procure de la satisfaction car il nous assure au final un peu de temps libre. Un travail émancipant en somme.

Alors pourquoi un "Syndicat d’Initiative" ?

Pour se remémorer l’époque où la production industrielle naissait, l’époque où le capitalisme devenait la norme. Soumis corps et âme à un système de production, en être un rouage pour au final se considérer épanoui en consommant ces produits de masse.

Cette époque est à peu près celle où William Morris écrivait sous forme sérielle dans des journaux socialistes l’histoire "News From Nowhere" à la fin du 19eme siècle, 1890 environ.

William Morris est Anglais, artisan, poète et socialiste. Il est la figure du mouvement "Art & Craft" qui souhaite de belles choses, de beaux objets usuels pour tous. Ça va de la décoration intérieure à l’impression, la typographie, les papiers peints, le mobilier. William Morris est un socialiste et à cette époque cela voulait dire autre chose. Ce mot "socialisme" était un néologisme qui permettait de définir l’inverse de l’individualisme. Cette définition a bien changé en France en 2016 et peut-être est-il temps d’utiliser un nouveau mot ?

Dans son histoire "News From Nowhere", William Morris va pourtant nous parler d’un futur rêvé : il se projette en 2003 à Londres et le socialisme tel qu’il est défini en 1890 se voit en marche ! l’utopie socialiste fonctionne et l’auteur s’amuse à faire cette ballade dans ce futur. Il découvre la disparition de l’argent, de la police, de l’école, des métiers à vie...etc. Les habitants de ce Londres sont heureux car ils font des travaux qu’ils choisissent et lorsqu’ils en ont assez, ils en changent comme de chaussette !

C’est la lecture de ce compte futuriste jubilatoire qui m’a fait prendre conscience, gros consommateur de séries anglo-saxonnes, pour la plupart totalement dystopiques, que "la vérité est ailleurs" et que nous pouvions imaginer des narrations plus enthousiasmantes que toutes ces histoires de communautés survivalistes post-crash-d’avion-sur-une-ile qui s’entre-tuent, ces histoires de mondes parallèles dotés de fascistes de chaque côtés, de psychodrames-catastrophe-naturelle, toutes ces histoires bien ficelées mais tellement déprimantes au bout du compte ...au point de ne plus envisager une belle histoire qui fini bien ou précisément : qui ne fait que commencer !!

Un organe de propagande utopiste ?

Sur le fil du rasoir, l’utopie n’a d’autre choix pour rester elle-même que de nous demander de l’aide ! elle nous crie "A L’AIDE !" et c’est ici qu’intervient (enfin) le Syndicat d’Initiatives, petite boutade pour s’amuser à se montrer nos utopies :

Filmons-les !

Filmons nos envies de changer de boulot d’un simple claquement de doigts !

Filmons les glorieux oisifs !

Filmons les envies de fabriquer sa maison entre amis !

Filmons des enfants qui n’iront jamais à l’école !

Filmons de belles discussions enflammées qui aboutissent à un consensus !

...

[Glissez ici votre utopie]

Il est devenu évident que nous devons nous réapproprier la production de rêves et d’utopies !

mercredi 29 juin 2016, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

Pas Sage En Seine + Hacker Space Festival 2016 à Choisy-le-Roi !

Le festival auto-organisé par vous, l’équipe de Pas Sage En Seine et les membres du /tmp/lab se tiendra

à Choisy-le-Roi du 30 juin au 3 juillet 2016.

Proposez votre intervention sur cette page :

http://www.pseshsf.org/fr/call-for-hacks

PDF - 878.4 ko
Téléchargez l’affiche de l’appel à participation (Format A3)

Nous vous invitons à participer à PSESHSF 2016 en accueillant vos propositions : ateliers et conférences bien sûr, mais aussi installations, performances, discussions et autres formes d’interventions pratiques ou artistiques. Des thèmes sont proposés, pas imposés, pour laisser place à la manifestation d’idées originales.

Depuis le début le hackerspace /tmp/lab vit avec bonheur en banlieue. D’abord à Vitry-sur-Seine, maintenant dans le sous-sol de la Maison Pour Toutes et tous de Choisy-le-Roi.

Cette banlieue, qui semble pour certainEs une contrainte, est pour nous en ce contexte d’état d’urgence, le lieu favorable pour fédérer les nombreux défenseurSEs, d’une vie sans peurs et sans haine : les hackerSEs, activistes, les associations de quartier, les travailleurSEs sociaux, les syndicalistEs, les non-associéEs et touTEs les autres... Nous touTEs, les habitantEs de cette banlieue, trop souvent décrite comme une zone "dortoir" sans intérêt, trop loin du métro, comme une zone de non-droit ou pire encore comme le foyer du terrorisme, nous souhaitons nous y retrouver, amorcer de nouvelles discussions, initier librement des pratiques qui rendent compte de nos réalités et qui répondent à nos attentes.

Nous sortirons pour cette occasion de nos lieux de rencontres habituels, pour nous déployer dans le quartier et au-delà, en allant à la rencontre de ceux et celles que nous croisons trop rarement dans nos ateliers.

Le Festival que nous organisons touTEs ensemble sera un moment convivial et festif pour décrire nos modes d’organisation, nos outils, nos perspectives, évoquer les usages d’autodéfense numériques faces aux perpétuelles manipulations sécuritaires. L’ HacktivistE naît de cette prise de conscience intégrale. Il ouvre, détourne, invente tous les possibles, ou presque.... Être et faire politiquement ensemble sera notre prochaine étape !

/// Comment ?

  • Conférences
    • Présentations originales de préférences.
    • Formats long : 45 minutes suivies de 10 minutes de questions
    • Présentation projetée en vidéo
    • Présentation filmée et diffusée en live
    • Format court : 15 minutes
  • Ateliers / démos
    • Animation d’un workshop ou d’une démo. Formats : De 30mn à 2 heures (les démos tendent à être plus courtes). Projection vidéo possible.
    • Performances et toutes autres formes de participation.
      • Formats :
      • Performances ponctuelles faisant intervenir le public
      • Expositions
      • Concerts
      • Services pratiques (Logistique, cuisine, boissons, hébergement, etc...)

/// Les trucs dont ça pourrait parler ?

  • Mobilité
    • Transports en communs pour les pauvres et mobilité individuelle pour les riches ?
    • Tissus associatif et solidarités.
    • Déplacements alternatifs : Piquer l’algorithme de Uber pour partager nos vélos, autos et utilitaires.
    • Monter un Garage Automobile Populaire (GAP) dans sa ville ?
    • Changer les mœurs pour avoir moins à se déplacer (emplois, commerce de proximité, production @home, vacances ?).
    • Avoir un véhicule à moteur tout en produisant son énergie (éthanol maison, électricité maison, augmentation du rendement des véhicules électrique).
    • Comment filtrer l’huile de la friteuse pour rouler avec dans son véhicule diesel ? Législation ? Compatibilité moteur ?
  • Initiatives locales
    • Associations qui font vivre le quartier
    • Solutions DIY aux situations de handicap.
  • Énergies
    • Fabriquer son poêle à bois
    • Isoler sa maison avec de la paille
    • Fabriquer du biodiesel et rouler à l’huile
  • Agriculture et biodiversité
    • Le brevetage du vivant et ses dangers (semences paysannes, kokopelli…).
    • L’open data en écologie (bases de données naturalistes cettia).
    • Alimentation : le local et le circuit court agriculture urbaine : jardins familiaux, jardins partagés, compost, incroyables comestibles, recréer les sols (technosols).
    • Agriculture : les systèmes émergents (bio, Techniques de Conservation du Sol (TCS), permaculture, biodynamie).
  • Urbanisme et habitat
    • Urbanisme de crise et de surveillance
    • Risques de la "ville intelligente"
    • Se loger différemment : On pique l’algo de Airbnb et on partage son appart, sa maison, son garage, son jardin, son poulailler...
    • Cultures hydroponiques en appartement, jardin de balcon et potagers ouvriers (avoir un haut rendement de production sur un petit espace, écologiquement).
    • Ronds-points, "zones urbaines mortes" et "Non-lieux" : on en fait quoi ?
    • Rehab my Project ! Comment réhabiliter sa barre d’immeuble ?
    • Exploration urbaine.
    • Je fabrique ma maison sans prendre de crédit sur 30 ans.
  • Écologie et coût social du numérique
    • Comment sont fabriqués les tablettes et smartphones et par qui ?
    • Se passer de technologie et/ou la simplifier ?
    • Les Intermédiaires DouteuxSES, défiscalisation et neo-libéralisme : uber, airbnb...
    • Comment organiser le recyclage, le retraitement des déchets et D3E
    • Les technologies "légères" ça existe vraiment ? Le noyau Linux ?
  • C’est quoi le hack, au fait ? It’s more fun to compute !
    • Retro-ingenierie
    • Réseaux maillés
    • Hack les ondes
    • Ingénierie sociale
    • Réseaux distribués
    • Réseaux pairs à pairs
    • Matériels libres
    • Logiciels libres
    • Sécurité
  • Hacktivisme, politique et syndicalisme
    • Hacktivisme et activismes
    • Zones d’Autonomies
    • Contre-culture
    • Convergence des luttes
    • Les banlieues sont-elles encore rouge ?
    • La valeur travail, la défense des travailleurs du "numérique"
    • Mixité sociale et technologies
    • Le Hackerspace, la nouvelle MJC ?
    • Les "politiques numériques", entre mirage et récupération : comment le pouvoir veut s’arroger un progrès qui le dépasse.
    • Les dernières statistiques sur le "Sérieux qui tue chaque jour", vocabulaire, stratégie de discours, victimes...
    • Expériences vécues d’ONG.
    • Les femmes et minorités de genre (trans, personnes non -binaires) dans les milieux Hacktivistes.
    • "J’ai rien à cacher" :
      • FAI indépendants
      • Anonymiser ses accès internet
      • Communications chiffrées
      • Réseaux sociaux respectant la vie privée
  • Bullshit Bingo
    • Applications de génération / détection / remplissage / classement de Bullshit Bingo.
    • Inscrit une startup, un think tank ou un facilitateur de projets innovants pour améliorer sa visibilité.
  • L’art
    • Pièces artistiques tous supports
    • Performances
    • Jeux vidéos
    • Street Art
    • Live coding
    • Circuit Bending
    • Art viral
    • Poésies et poésies sonores
    • Musiques électroniques et analogiques
    • Orchestre Philharmonique du /tmp/lab & guests
    •  

\o/ Participez !

Amicalement,

L’équipe du festival.

vendredi 22 avril 2016, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

Le dôme-atelier usinette

- Après les Tétrodons...

Après les longues et malencontreuses mésaventures que nous avons rencontrées dans nos démarches pour acquérir des structures modulaires appelées Tétrodons, ( voir à ce sujet l’article : "Le Tétrodon : un jouet pour les riches ?", nous optons pour l’autoconstruction de notre atelier, sous la forme d’un dôme géodésique : une demi-sphère de 10m de diamètre et donc de 5 m de hauteur.

- Pourquoi un dôme ? Histoire, design, avantages, inconvénients...

La structure géodésique rappelle historiquement l’architecture "visionnaire" du 18 ème siècle, comme celle d’ Etienne-Louis Boullée, le plus souvent restée au stade d’ébauches.


Puis plus récemment et plus proche de notre projet, l’architecture "utopique" issue des expériences de la contre-culture américaine des années 70. Elle cherche des nouvelles formes pour de nouveaux modes de vie, en tentant de concilier un retour de certains archétypes (nomadisme, proximité avec la nature) et des perspectives plus modernistes issues de l’ingénierie aéronautique, comme le développement des principes de tenségrité, directement à l’œuvre dans une structure géodésique. Ces principes sont théorisés et mis en œuvre par Kenneth Snelson et Buckminster Fuller. Figure tutélaire et référence récurrente de cette époque, Buckminster Fuller influencera, par ses écrits et ses réalisations, le célèbre Whole Earth Catalogue américain et son équivalent français : le Catalogue des ressources.


- Tâtonnement sur le choix de la fréquence, dimensions du dôme et matériaux à utiliser.

La Fréquence :

Augmenter la "fréquence" signifie augmenter le nombre de triangles et donc avoir de plus petits triangles.

Il fallait trouver un équilibre entre un nombre raisonnable de triangles et une taille raisonnablement manipulable donc nous avons choisi la fréquence 4

La taille du dôme :

Nous avons choisi de faire un dôme de 10m de diamètre et 5m de haut.
Cela nous donne environ 76m2 de surface utile et un volume confortable pour monter une mezzanine par la suite.

- Premiers tests, documentations, sites webs pour calculer les sections, les angles.

Une première maquette de fréquence 2 a été construite pour comprendre la conception générale d’un dôme géodésique.Vous pouvez consulter la vidéo.

Nous utilisons le formulaire/calculateur en ligne de ce site :
https://simplydifferently.org/Geodesic_Dome_Notes?page=3#4V%20Icosahedron%20Dome

Cet outil nous permet d’avoir les cotes, quantités de chaque triangle et des angles de coupes disponibles sur ce document dans notre cas (h=5m, d=10m) :

PDF - 413.3 ko
Plans du dome frequence 4


- Début de chantier : les fondations.

Fini la théorie, on passe réellement à la pratique !
Nous décidons d’utiliser cette configuration pour disposer nos pieux de fondation.
Une fondation sur pilotis permet d’avoir peu d’action sur le terrain.

- Achat des pieux de châtaigner.

Le choix du châtaigner pour sa robustesse, son faible coût et la proximité du bois : il vient de La Borne, un village connu pour être un haut lieu de la céramique.

- Nuit d’ inauguration : bbq + charbonnage des pieux + projection de Fahrenheit 451.

Pour rendre imputrescible nos pieux de châtaigner avant de les mettre en terre, nous allons les bruler.
On en profite pour célébrer le début de chantier en faisant un barbequ et une projection de Fahrenheit 451, le film de François Truffaut :)



- Location d’une tarière et perçage des trous.

Nous utiliserons une tarière pour percer les trous sur une profondeur d’environ 50cm sur un diamètre de 20cm. C’est une machine à moteur thermique 2T qui développe une force considérable mais l’énergie humaine doit aussi être conséquente. L’idéal est de la manipuler à deux avec une personne qui s’appuie dessus.



- Pose des pieux et calage avec graviers.

On pose ensuite les pieux qu’on enfonce au mieux et on comble de gros graviers qui permettent un bon calage et un bon drainage.

A suivre !

samedi 10 octobre 2015, par Alexandre Korber, Ursula Gastfall

Répondre à cet article

Toulouse Hacker Space Festival 2015 - Less is more ?

Très content d’aller cette année encore au THSF et particulièrement cette fois pour présenter le projet de tricycle couché à monter sois-même !

Ça se passe par ici, du 14 au 17 mai : http://thsf.tetalab.org/

La présentation se fait dimanche à 15h00.

Tout le suspens va se porter sur la possibilité ou non de mettre le fameux véhicule dans le train "Intercité" sans encombre à l’aller comme au retour. Ce point fait évidemment partie intégrante de l’aventure qui permettra de valider, certes sur une seule expérience, l’idée de déplacement multimodal :)

Si le sujet vous passionne, je ne peux que conseiller la lecture de ce fil de discussion sur le forum velorizontal qui montre des retours d’expériences multiples.

Si l’opération aboutit, ça permettra de présenter et même faire tester le tricycles, chose bien plus parlante...

A très vite au THSF !

mercredi 13 mai 2015, par Alexandre Korber

Répondre à cet article

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 21 |