| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 27 |

Usinette.org dans la revue (Re)bonds !

La revue Rebonds.net a invité l’équipe d’Usinette à parler de technologies, de techniques, de l’expression écrite, des machines à écrire, à penser, à fabriquer, le tout sous notre dôme géodésique à la Vallée d’Humbligny et au hacklab /tmp/lab à Choisy-le-Roi.

lundi 25 novembre 2019, par Alexandre Korber

Dernière étape de couverture du dôme : tendre la toile : 1/5ème de fait !

Profitant d’une fenêtre de quelques jours de beau temps la semaine du 21 octobre, on décide de commencer la dernière opération qui, on espère mettra le dôme hors d’eau !

Arrivée le mercredi 23, en même temps que la livraison des profilés en aluminium et des baguettes en plastique que nous utiliserons pour fixer et tendre notre toile technique.

André, devenu maître en réparation de triangles se remet dessus et en même temps le reste de l’équipe, Chloé, Paul et moi, commençons à réfléchir à la pose du premier 1/5eme de toile et surtout à comment s’organiser pour fixer les profilés à 4m de haut.

Heureusement, notre échelle de couvreur est modulaire : on divise en deux segments qui permettent d’aller tendre la toile dans l’axe horizontal des deux trapèzes de toile.

Par contre, pour pouvoir tendre verticalement la toile pour la fixer, il a fallut utiliser le baudrier et se positionner "en rappel" sous le trapèze de toile du bas pour ne pas l’abîmer avec les échelles. Utiliser la grande échelle au sol pour passer par le bas était possible mais demandait de la déplacer sans cesse et risquer de tout de même abîmer le bardage et la toile. Utiliser le baudrier n’est pas évident et pas très réconfortant : on est suspendu dans le vide par une simple corde qui a intérêt à être bien fixée !

On s’est demandé comment assurer l’étanchéité des zones où les profilés se croisent. Chloé a trouvé une astuce : découper des disques de toile que nous poserons en dernier au dessus de ces zones et au dessus du tissus. De cette manière, aucun risque de fuite.

Vu la difficulté à tordre les profilés doubles qui sont posés en verticale sur les 5 arêtes "DD", on décide de se satisfaire de sa flexibilité en la posant directement et ainsi lui faire faire une courbe épousant ces 5 verticales.

On décide par contre de tordre à l’avance le profilé simple qui épouse horizontalement le haut du bardage.

Petit contre-temps par contre : Il a fallu poser de nouvelle planches de bardage en haut pour que le trapèze de toile puisse suffisamment recouvrir le bardage. C’est une chose à faire pour les 4 autres sections.

Un truc qui pose aussi un soucis : comment utiliser les échelles de couvreur suspendues par le haut du dôme au fur et à mesure de la pose de la toile ?

On va inévitablement avoir besoin d’une grande échelle pour la suite du chantier et de préférence une échelle qui peut se plier pour épouser la courbe du dôme.

Pour la pose du dernier 5ème, il nous faudra aussi confectionner un vasistas pour simplement pouvoir accéder au toit et poser le plastique transparent sur le pentagone zénithal.

Après trois jours de chantier plutôt intense, on réussit à poser ce premier 1/5ème de toile et André a terminé la réparation des triangles fragiles en haut du dôme. Il est de nouveau robuste et se balader dessus ne pose plus de soucis.

Pour la suite :

  • Dans la continuité des arêtes verticales "DD", il faut terminer de poser de la toile enduite de pâte à bois et poser des tuiles de bois brûlé par dessus comme sur un des côté.
  • Penser à ajouter une planche de bardage en haut pour que la marge soit suffisante sur la toile pour pouvoir la tirer et la tendre vers le bas.
  • Il y a un début de prolifération d’un champignon jaune fluo sur le côté droit de la porte du côté de la serre. J’ai acheté un produit phytosanitaire destiné aux arbres fruitiers que j’ai commencé à badigeonner sur la zone critique. Probable que nous devions traiter le sol entier avant de poser de nouveau de l’OSB par dessus.
  • Il faudra trouver un moyen de poser l’échelle sur la toile sans pour autant l’abîmer.

A suivre rapidement, si un nouveau créneau de temps sec nous laisse le temps de finir cet automne ou cet hiver sans pour autant risquer les glissades ;)

samedi 2 novembre 2019, par Alexandre Korber

Réparation de triangles !

Petite séance de rentrée avec Vincent et André pour se réparer quelques triangles en haut du dôme.

vincent et andré sur l'échaffaudage, 1 vincent et andré sur l'échaffaudage, 2 vincent et andré sur l'échaffaudage, 3 vincent et andré sur l'échaffaudage, 4 le tête à tête de la perceuse, 1 le tête à tête de la perceuse, 2 le tête à tête de la perceuse, 3 sous le ciel bleu du dôme fix d'un triangle, la minutie à l'oeuvre on bronze sous l'azur la vie sur un échaffaudage, sous le ciel bleu d'azur le ciel azur géométrie d'un triangle

Petit passage à la scierie Bonnet pour récupérer les planches que nous avions à l’époque de la construction des triangles coupés en deux dans la largeur pour faire des économies :)

Même principe cette fois-ci mais sans la table de découpe : on fait ça à la disqueuse manuelle.

Ensuite débute les complications : il faut aller en haut, mesurer le triangle à réparer, le démonter, re-mesurer pour voir si la géométrie ne se relâche pas trop. Au sol, on se refait le triangle en rajoutant bien 15% aux cotes pour "redresser" et bien bloquer la structure.

Le travail de conception est pas évident car il faut tenir compte de trois angles de coupe en trois dimensions et surtout dans le bon sens ! André est passé maître et montage de triangles !

géométrie d'un triangle

Ensuite, à trois, on repose le nouveau triangle en le passant par l’extérieur du dôme comme un couvercle. Même à deux en haut (moi je reste au sol, je tiens pas longtemps à cause du vertige :/ ) c’est difficile car certains triangles sont en porte-à-faux et c’est délicat de déplacer l’échafaudage. Heureusement, Vincent prend sur lui et André, semble-t’il peu sujet au vertige (c’est d’ailleurs aussi dangereux car il tente parfois des contorsions douteuses !) arrivent à les placer et poser des mâchoires et des écrous.

Ce sont, à la fin de ce week-end, trois triangles qui seront réparés et le dôme semble brusquement plus grand de quelques centimètres :)

Affaire à suivre : il nous reste 5 triangles encore à réparer...

dimanche 20 octobre 2019, par Alexandre Korber

Suite estivale du chantier dôme géodésique

Chantier dôme - Seconde séance estivale 2019

dôme semi-couvert

Nous sommes de retour sur la Vallée le 12 aout et nous trouvons le dôme partiellement découvert de sa bâche suite à un gros coups de vent. Le sol a de nouveau pris l’eau. Il va devoir être refait dès que tout ça sera hors d’eau.

Nous avions comme objectif de terminer la préparation du dôme pour y fixer la toile technique que nous avons décidé de poser en haut des trois étages de bardage en bois brûlé.

La question qui s’est posé et sur laquelle une quinzaine de jeunes et moins jeunes cerveaux ont planché était : Comment faire ?

Assembler la toile

Schéma dôme
La partie bleue, c’est la qu’on mettra la toîle.
Les parties centrales, blanches et rouges, c’est la qu’on mettra le crystal.

La première chose a été de patronner la toile pour que nous utilisions le moins de tissus possible et que cela ne représente pas trop de boulot.

En gros, chaque niveau de triangles sont d’une hauteur qui peut rentrer dans la largeur de notre rouleau de tissus en laissant un peu de marge. Il faudra donc découper des trapèzes contenant 5 triangles pour le niveau 4 et 3 triangles pour le niveau 5. Le niveau 6 étant le pentagone en haut du dôme et il sera habillé de plastique souple transparent comme sur les "ciels" de yourtes.

L’idée de devoir coudre toute cette toile nous a fait peur car c’est pour beaucoup une chose que nous n’avons jamais fait. En plus, pas le droit à l’erreur : si la toile synthétique est mal cousue, les trous restent et ça compromet l’étanchéité.

Fixer la toile sur le dôme

Notre débat, nourri des arguments des uns et des autres (car une quinzaine de personnes se trouvaient la sur place), nous fit basculer d’un côté puis de l’autre pour les partisans de l’une ou l’autre méthode. si nous tentions une incursion dans l’équipe des oeuillets, il ne tardait pas qu’un des membres profilés nous embrigade dans une tirade sans fin sur les avantages de la technologie sur la tradition.

Bref, après plusieurs jours de doutes, de voyages sur les mers du commerce digital, de combats contre l’indécision, une sortie sans précédent du camp des scratch, représentée en premier lieu par Jeanne, qui nous quitta même avant que la décision soit prise, lorsque l’équipe oeuillets était encore là.

Tandis que nous étions indécis, un arrivant tardif contribua au design et proposa au groupes de travail des protections des arêtes "D" étant perpendiculaires au sol, malgré son enthousiasme et sa bonne volonté nous le vîmes forcé de nous quitter par k.o. verbal après son deuxième jour d’efforts. Il ne mit pas longtemps à se faire remplacer par une autre équipe qui réalisa sans vergogne des colmatages de trous dans les planches de bardage à base de pâte à bois (sciure fine + colle à bois extérieur).

colmatage

Du côté de la fixation, l’usage de "velcro" industriel fût finalement mis de côté, comme tout les moyens nécessitant un travail de couture massif, comme les oeuillets, crochets, et autres techniques consistant à "équiper" la toile. Le profilé, vissé sur les liteaux de soutien, verra la toile se clipser sur lui à l’aide du système désormais élu.

fixations

Ce système nous permettra donc d’avancer sur les étages 4 et 5 du dôme, dont la hauteur total est d’un peu moins de trois mètres. Deux largeurs de toile seront donc nécessaire, et sûrement fixées entre elles grâce à des barres profilées aluminium, ce pour remplacer une couture hermétique sur 8 mètres qui semble perdue d’avance. Nos prévisions en terme de coût nous semblent acceptables pour l’état d’avancement du projet : environ 400€ avec la livraison.

Prochaines étapes

  • Livraison des profilés de chez la CAAHMRO prévue le mercredi 23 octobre.
  • Planches de pin Douglas en 30x180mm pour refaire les triangles en haut du dôme chez scierie Bonnet.
  • Se procurer du tissus pour les arêtes
  • Faire des tasseaux de rehausse avec tissus doux sur les arêtes D pour poser toile par dessus.
  • Patronner la toile pour les clips : un peu plus de marges à g et d de chaque trapèzes.
  • Prévoir de mettre plus de toile transparente au delà du pentagone en haut du dôme pour avoir plus de marges pour fixer la toile bleue sur le bardage.
  • Finir de couvrir encore deux faîtières avec toile de yourte en coton imbibée de pâte à bois (sciure fine + colle à bois extérieur).

dimanche 20 octobre 2019, par Alexandre Korber, m_m

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 27 |

Soutenir par un don